Torta di noci com crema al mascarpone…ouf !

février 6th, 2012 by L'épicurieuse Categories: Recettes : testées, goûtées et approuvées ! 3 Responses
Torta di noci com crema al mascarpone…ouf !

Parme, son parmesan, sa « beauté jambonnée », son vinaigre balsamique de Modène…son gâteau aux noix et à la crème de mascarpone !

Et voilà qu’on découvre les pâtisseries d’Italie…et croyez-moi c’est pas fini…

Préparation : 25mn – Cuisson : 30mn – Repos : 2h minimum

100g de noix finement hâchées – 50g de chapelure – 150g de sucre – 3 oeufs – 15cl de rhum- 1 sachet de levure chimique

Pour la crème de mascarpone : 250g de mascarpone -75g de sucre – 1 espresso serré et corsé

Préchauffez votre four à th.6 (180°).

Beurrez et farinez un moule de 22-24 cm de diamètre.

Mouillez la chapelure avec le rhum, ajoutez les noix et la levure et mélangez bien.

Séparez les blancs des jaunes que vous fouetterez avec le sucre jusqu’à l’obtention d’une mousse.

Dans un autre saladier, montez les blancs en neige fermes.

Incorporez le mélange noix/chapelure dans les jaunes progressivement à la spatule et d’un geste circulaire.  Incorporez délicatement les blancs.

Dès que le mélange est homogène, versez-le dans le moule et enfournez pour 30mn.

Laissez refroidir complètement avant de découper le gâteau en deux disques dans son épaisseur.

Préparez ensuite la crème : au fouet, mélangez tous les ingrédients, étalez la crème sur le premier disque et recouvrez avec le second.

Réservez au réfrigérateur au moins 2h.

Saupoudrez de sucre glace.

Dégustez !

Burrata…mi amore !

février 6th, 2012 by L'épicurieuse Categories: Ingrédients pas courant No Responses
Burrata…mi amore !

Originaire d’Andria dans la région des Pouilles, jeune fille de ferme, j’ai la peau blanche, lisse, douce et laiteuse, la taille fine, exquise et voluptueuse à souhait, on me déguste ultra-fraîche…

Epicurien, épicurienne…moi, la burrata, je vais vous faire fondre !

Cousine crémeuse de la mozzarella,  mon nom me vient de « burro », beurre en italien. Je suis composée de lait de vache (la mozzarella est produite à base de lait de bufflonne). Le lait cru est caillé, découpé en morceaux puis plongé dans du petit-lait ou de l’eau légèrement salée. Chauffé, pétri, malaxé, filé à la main, l’ensemble formera un ruban puis sera façonné en sphère, farci de chute de mozzarella et de crème puis emballé dans une feuille de jonc et conservé dans son eau (90°) comme la mozzarella.

Ma peau libérée des joncs verts qui la maintiennent, dévoilera une peau blanche immaculée, des odeurs de crème fraîche et de lait : un filet délicat et parfumé. Légère, douce et onctueuse sous votre palais.

Avec un trait de vinaigre balsamique de Modène, des grains de poivre, quelques tomates fraîches ou agrémentée de fruits secs…sûre que vous allez m’adopter dès le jour de mon arrivée.

Mes apparitions sont rares et limitées dans les restaurants authentiques et les épiceries fines…réservez-moi, retrouvez-moi !

 

Sources : Le Figaro. 10/10